Découvrir la neurodiversité au travail

Douance ou HPI, hypersensibilité, TDA/H, Dyslexie et autres troubles du dys, autisme, … Vous avez probablement déjà entendu certains de ces termes et abréviations qui, tous, décrivent des particularités appartenant à la neurodiversité. Abordée pour la première fois dans les années 90, la neurodiversité fait l’objet de plus en plus d’études et de recherches, et commence à être thématisé en entreprise. Enfin ! Une étude de Deloitte datant de 2018 a, entre autre, démontré que les entreprises ayant une politique inclusive, dont l’inclusion de profils neuroatypiques fait partie, seraient six fois plus innovantes et agiles.


Mais alors, que ce cache-t-il derrière ce terme : neurodiversité ? En quoi le monde du travail en est affecté et peut en profiter ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.


Une tentative de définition


Le mouvement de la neurodiversité est attribué à Judy Singer, une sociologue australienne ayant travaillé sur le sujet dans le cadre de sa thèse à la fin des années 90. Ce qui d’abord ne concernait que le spectre de l’autisme, fut ensuite étendu à toute forme de fonctionnement du cerveau considérée comme différente de la norme. Ainsi la douance (ou haute potentialité), les troubles de l’attention, les troubles du dys, l’hypersensibilité ou le syndrome de la Tourette en font également partie*. On appelle ces personnes "neurodivergentes“ ou encore „neuroatypiques“.


En prônant l’acceptation des différents modes de fonctionnement, les spécialistes de la neurodiversité préconisent de s’intéresser aux forces des profils neurodivergents plutôt que de chercher une définition du côté pathologique. Ainsi, l’écrivain américain Harvey Blume, qui a participé à la démocratisation du concept, décrit-il la neurodiversité comme étant "aussi essentielle pour l’espèce humaine que la biodiversité l’est pour la vie en générale“.


Bien que les estimations varient, il semblerait qu’au moins 20% de la population soit considérée comme neurodivergente. C’est dire l’importance de sensibiliser les entreprises à la neurodiversité et d’accompagner les employés ainsi que dirigeants dans cette démarche !



Les enjeux de la neurodiversité en entreprise


Lorsque l’on parle de neurodiversité dans un contexte professionnel, on pense, dans le meilleur des cas, aux défis qui y sont liés et, dans le pire des cas, à des aspects relevant du handicap. Je ne m’attarderai pas sur ce dernier point, qui ne relève pas de mes compétences. En revanche je souhaite mettre en avant le fait que nous sommes tous uniques. Neurodivergents ou pas, nous apportons tous notre propre couleur au travers de notre personnalité, nos talents et compétences, notre système de valeurs. Nous constituons, chacun à notre manière, un atout pour notre équipe.


La diversité des compétences est essentielle pour assurer le succès d’une équipe ou d’un projet. Tel que le concept Team Management System®“** le démontre (petit clin d’oeil à ma collègue Natascha, qui l’utilise fréquemment en entreprise), chaque équipe a besoin d’un set de compétences complémentaires pour assurer le succès ou la performance en entreprise. Inclure la neurodiversité participe à l’atteinte de cet objectif.


En effet, et selon des études récentes, les entreprises soutenant la neurodiversité semblent être, d’une part, plus productives et innovantes et, d’autre part, en voient les bénéfices en termes de culture et de conservation des talents. On parle également d’un travail plus efficace grâce à une plus grande intelligence collective, à une meilleure gestion des défis ainsi que d’une prise de décisions plus pertinentes.



Quelques clés pour mieux travailler avec des équipes neurodiverses


Vous l’aurez compris, la neurodiversité constitue une richesse pour les organisations et peut également présenter quelques défis lorsque l'on n'a pas toutes les clés en main.


Rappelons que le but de la neurodiversité est de prendre en compte l’individu en ce qu’il est d’unique, avec des besoins qui lui sont propres. C’est exactement ce que proposent certains courants tels que New Work ou Leadership 4.0. Certes pour tout un chacun, mais le principe reste le même. Appliquez ces quelques principes et vous aurez des résultats rapidement :


  • Créez un environnement bienveillant et ouvert, dans lequel vos employés se sentent suffisamment en sécurité pour discuter de leur défis et de leurs idées. N’oubliez pas que nombreux sont les profils neurodivergents ayant des idées novatrices qui fusent !


  • Comprenez les besoins de vos employés et aménagez l’espace et le temps de travail selon leurs besoins. Parce que beaucoup de neurodivergents sont hypersensibles, il est important de réduire le nombre ou l’intensité des stimuli (bruit, lumière, la foule, etc.). Il s’agit par exemple d’autoriser le télétravail, d’aménager un espace calme et/ou des pauses plus régulières, d’adapter la communication si nécessaire, etc. 


  • (In)Formez-vous à la neurodiversité et les possibilités d’accompagner vos employés neurodivergents. Il vous sera ainsi plus simple de comprendre l’origine de certains comportements et de développer des stratégies utiles à tous.


  • N’hésitez pas à inclure tous vos employés dans ce processus ! Ces clés sont tout aussi efficaces auprès de vos équipes neurotypiques.



Quelques exemples de talents


Vision globale, créativité, résolution de problèmes, autant de qualités communes à de nombreux profils neurodivergents. Pour illustrer mes explications, je vous propose de découvrir quelques exemples réels de profils neuro-divergents :


  • La responsable de projets IT hypersensible et multi-potentielle qui sait se forger une vision globale d’un projet, fait des liens inattendus entre plusieurs aspects et créer ainsi des solutions innovantes en collaboration avec ses équipes. Elle garde une vue d’ensemble des tâches à effectuer et les répartit de manière efficace. Sa sensibilité, son empathie et son humour font d’elle une personne très appréciée participant fortement à la cohésion d’équipe. 


  • L’éducateur spécialisé ayant un TDA/H qui s’épanouit particulièrement dans son travail avec des enfants de classe primaire. Il a l’énergie et la créativité requise. De plus il est lui-même sensibilisé aux spécificités des enfants neurodivergents pour les accompagner au mieux.


  • La designeuse de produit HPI développant des produits innovants grâce à sa très grande créativité. Elle est particulièrement douée pour identifier les problèmes potentiels avant les autres et pour trouver des solutions efficaces très rapidement. Sa grande curiosité et son savoir dans différents domaines lui permettent de travailler efficacement avec des équipes pluridisciplinaires, quel que soit le type de produit.

  • Le manager dyspraxique dont la capacité à développer une vision globale d’une situation est d’une grande utilité dans le travail stratégique à fournir. Il sait souvent très bien déléguer et parvient à intégrer les membres de son équipe aux projets en cours de manière judicieuse. En outre, sa forte empathie, sa sensibilité et sa capacité d’écoute font de lui un manager idéal.



À vous de jouer !


Je doute qu’il existe une approche unique de la neurodiversité en milieu professionnel. Dans ce processus, en comprendre les tenants et aboutisants est essentiel. Au-delà de ça, c’est une approche humaine, ouverte et inclusive qui permettra, entre autres choses, de créer un environnement positif pour tous. Un environnement dans lequel les talents de personnes neurodivergentes et neurotypiques se côtoient et se complètent. Un environnement de travail saint, où l’épanouissement personnel et professionnel va de pair avec le succès des organisations.


*Le débat est ouvert de savoir si certaines maladies mentales telles que, la bipolarité ou les troubles compulsifs obsessionnels font partie de la neurodiversité.
 Cela montre que nous ne somme qu'au commencement !

** TMS® a réparti les compétences nécessaires au succès d’un projet ou d’une organisation en 8 types de „talents“ et part du principe que ces 8 catégories doivent être représentées dans une équipe pour assurer son succès.



Pour aller plus loin :

  • Neuro Tribus - Autisme : plaidoyer pour la neurodiversité, de Steve Silberman

  • Adultes sensibles et doués au travail, d'Arielle Adda et Thierry Brunel

  • Neurodiversity at Work, de Theo Smith et Amanda Kirby (anglais)

6 vues0 commentaire